Vin Chilien

Le vin chilien est particulièrement réputé parmi les vins de l’hémisphère sud. Ce pays d’Amérique du Sud est connu pour sa forme tout en longueur. Grâce à celle-ci, et à sa situation encaissée (entre la Cordillère des Andes et l’Océan Pacifique, il compte une grande variété de climats. Cette diversité climatique s’accompagne d’une grande diversité de terroirs, qui permet une production vinicole variée et de qualité.

Position du filtre

Comment choisir votre vin chilien ?

Le vin chilien est très varié et offre un large choix, grâce à la grande diversité de climats et de terroirs du pays.

Comme dans la plupart des régions productrices de vins, le Chili compte de nombreux cépages noirs ou blancs, et produit donc aussi bien du vin blanc que du vin rouge. Les échanges avec la France ont été abondants, d’où la présence de cépages assez courants dans nos contrées : du merlot, du cabernet sauvignon, de la syrah, du pinot noir… Le Chili a aussi un cépage emblématique : le carménère. Proche du merlot, il se vendange plus tardivement, mais produit lui aussi du vin rouge. Ses arômes sont très fruités, épicés, avec des tannins puissants. Mais le Chili produit aussi du vin blanc. Pour celui-ci, un cépage est privilégié : le chardonnay. Il est particulièrement utilisé dans la région viticole de Casablanca. Celle-ci n’existe que depuis les années 2000, mais se démarque déjà des chardonnay français, grâce à la topographie et au climat particulier de la région.

WhiskyParis vous propose de découvrir un Chardonnay chilien : le Mapu cuvée 2020. Celui-ci est dans la vallée centrale, la région où l’on retrouve Valparaiso et Santiago. Produit par le domaine Baron Philippe de Rothschild, ce vin blanc est à la fois minéral et fruité, un vin simple, mais agréable et raffiné. Servi frais, il sera particulièrement apprécié en apéritif.

Quelles sont les caractéristiques du vin chilien ?

Le vin chilien est presque aussi vieux que le Chili lui-même. Dès les débuts de la colonisation espagnole, au XVIe siècle, on commence à y cultiver de la vigne. Aujourd’hui, celle-ci tire profit de la grande diversité climatique de ce pays, qui s’étend sur 5000 km du nord au sud.

Dans les premiers temps, on trouvait surtout des vignes à Santiago, avant de s’étendre vers Conception et Angol. Bien que le climat permette une production de qualité, celle-ci est restée cantonnée au marché local, pour ne pas concurrencer la production espagnole.

Il faut attendre l’indépendance du Chili, au XIXe siècle, pour que celui-ci commence à développer la production, et surtout, emprunte d’autres techniques. Après avoir largement importé des cépages espagnols, le Chili importe désormais des cépages français. De plus, alors que d’autres vignobles (notamment en France) ont subi les ravages du phylloxéra, ceux du Chili ont été épargnés.

Le Chili a donc permis d’avoir des vins de substitution, le temps que les vignobles se reconstruisent en Europe. Mais surtout, le vignoble chilien bénéficie de ceps parmi les plus anciens au monde. Certains sont âgés de 140 ans. Cette grande longévité donne au vin une palette aromatique riche et complexe.