Rhum Jamaïcain

La Jamaïque est un gros producteur de rhum, et elle en produit depuis longtemps. Cette île des Caraïbes, après avoir longtemps vendu du rhum en vrac, a commencé à mettre en avant ses distilleries et des rhums jamaïcains de belle qualité.

Plusieurs d’entre elles vendent désormais leur rhum sous leur propre nom, comme Hampden, Worthy Park ou Appleton. L’île, connue pour ses grosses productions de rhum anglais, est désormais montée en gamme et valorise son savoir-faire.

Filter

Outre les rhums issus d’une distillerie, la Jamaïque propose différents assemblages.

Quelles sont les spécificités des rhums jamaïcains ?

Troisième plus grande île des Caraïbes, la Jamaïque est passée d’un pays à un autre. D’abord une colonie espagnole au début du XVIe siècle, elle est devenue britannique en 1655. C’est à la même époque qu’une culture sucrière s’y est installée. Très tôt, les Anglais ont commencé à y distiller du rhum. L’activité est devenue très prospère, au point qu’au milieu du XVIIIe siècle, l’île était le premier producteur mondial de sucre et de rhum. Aujourd’hui, la Jamaïque est un État indépendant, mais on y cultive toujours la canne à sucre. Et bien sûr, on y distille toujours du rhum.

Mais la filière a connu de grandes difficultés au cours du XIXe et du XXe siècle. Au point qu’en 1983, seules 6 distilleries étaient encore actives.

Le rhum jamaïcain est un rhum anglais, donc distillé à partir de mélasse. Les habitants sont plutôt habitués au rhum overproof, un rhum brut de colonne, qui a longtemps circulé clandestinement. Aujourd’hui encore, le rhum overproof est plutôt la norme, même si sa qualité s’est sensiblement améliorée et si la production est beaucoup plus contrôlée.

Le rhum vieux, aujourd’hui encore, reste très largement destiné à l’exportation. Plutôt habituée à la vente de rhum en vrac, la Jamaïque a commencé à développer ses propres marques. Pendant longtemps, Appleton était la seule marque connue de l’île, mais depuis quelques années, Hampden et Worthy Park vendent leurs propres embouteillages.

Comment bien choisir votre rhum jamaïcain ?

La Jamaïque a longtemps vendu du rhum en vrac. Il existe donc des marques dont le contenu peut venir de plusieurs distilleries. C’est le Cas de TCRL pour « TransContinental Rum Line ». Ce rhum n’est pas spécifiquement jamaïcain, d’ailleurs, même si Hampden ou Worthy Park est à l’origine de certaines bouteilles. Celui que propose WhiskyParis est un Worthy Park.

Il existe aussi des assemblages de plusieurs distilleries, comme le rhum That Boutique-Y Rhum Company, réunissant des rhums de différentes distilleries de Jamaïque.

Mais à côté de ces assemblages, issues de différentes maisons, on trouve des bouteilles, vendues sous leur propre nom par les rhumeries de l’île. Bien sûr, WhiskyParis propose du rhum Appleton, principalement du rhum vieux. Mais vous pourrez aussi trouver du Hampden, en Rum Fire, si vous le préférez blanc, et une sélections de Hampden bruns, si vous préférez le rhum vieux, pour la dégustation.

Hormis ces classiques, vous pourrez aussi trouver une large sélection de Velier et de Worthy Park. Enfin, Mezan, embouteilleur renommé, propose sa propre expression du rhum jamaïcain, avec le Mezan XO et le Mezan Jamaica 2011 XO.