Rhum cubain

L’histoire du rhum cubain est à l’image de celle de Cuba, riche, ancienne et mouvementée. De l’introduction de la canne à sucre juste après sa découverte à la révolution castriste de 1959, l’histoire de l’île a connu de nombreux rebondissements. Son rhum a évolué en conséquence. Si Cuba est aujourd’hui un producteur de rhum parmi d’autres dans les Caraïbes, elle a fortement influencé la production de ses voisins.

Position du filtre

Quelles sont les spécificités du rhum cubain ?

C’est Christophe Colomb qui y a introduit la canne à sucre dès 1493. Cuba devient par la suite une colonie de la couronne d’Espagne. C’est à cette période qu’apparaît l’« aguardiente », qui deviendra le rhum. Par la suite, la distillation sera interdite, mais pendant la brève occupation britannique de 1761, la production sera relancée. La seconde moitié du XVIIIe siècle verra cette industrie exploser, relancée également par l’indépendance d’Haïti, jusque-là plus gros producteur de sucre au monde, en 1791. Les puissances coloniales mettent Haïti sous embargo et se tournent vers Cuba.

Pendant cette période, l’île affine ses techniques de production, de la distillation à l’élevage. Les rhumeries cubaines expérimentent différents alambics pour leur distillation, offrant par la même occasion de nouvelles saveurs. D’abord stockées dans des jarres enterrées, les aguardientes sont ensuite mises en fûts. C’est ainsi que des producteurs pionniers, comme Pedro Diago ou Facundo expérimentent plusieurs fûts, à la fois pour améliorer leurs techniques et découvrir de nouveaux arômes. Des fûts d’Espagne aux fûts en chêne blanc, Cuba devient un vaste laboratoire pour le rhum. Si beaucoup de marques ont quitté l’île après la révolution de 1959, Cuba reste aujourd’hui encore un gros producteur et une véritable autorité pour la production de rhum. Ainsi, bon nombre des pays voisins (dont la République Dominicaine) revendiquent leur filiation avec Cuba.

Savourez quelques-unes des meilleures références du rhum cubain

Dans la grande tradition des rhums espagnols, Cuba produit un rhum de mélasse dont la réputation n’est plus à faire. WhiskyParis a choisi une référence à mettre en avant : le rhum Eminente Marque détenue par Moët-Hennessy, Eminente n’en est pas moins un rhum cubain. Cet assemblage est produit à partir de différentes aguardientes, toutes distillées sur l’île. Derrière ce mélange, on trouve Cesar Marti, assembleur cubain. On compte dix maîtres rhumiers chez Cuba Ron, et Cesar Marti est le plus jeune d’entre eux. Le rhum Eminente, vieilli pendant 7 ans en fûts de chêne blanc, se veut une synthèse du savoir-faire cubain. Et, bien que la marque soit détenue par un groupe français, elle détient bien l’appellation de rhum cubain.

Quelles sont les plus grandes marques de rhum cubain ?

Lors de la révolution de 1959, la production de rhum a été nationalisée. C’est pour cette raison que Cuba détient un monopole d’État autour de la distillation, Cuba Ron. L’île a aussi une Appelation d’Origine, une « Denominacion de Origen Protegida » (DOP) pour son rhum.

Si Eminente ne fait pas partie de ce monopole, Cesar Marti, lui, en est issu, ainsi que les rhums utilisés pour son assemblage. L’île compte de nombreuses variétés de canne à sucre, une centaine, dont 70 sont endémiques. Eminente se veut une synthèse de toutes ces saveurs, avec un rhum constituant à la fois une bonne base de cocktail et un bon produit de dégustation.