Gin

À l’origine, le genièvre est produit aux Pays-Bas. Puis quand Guillaume III d’Orange-Nassau, à l’origine un prince hollandais, accède au trône d’Angleterre, cette boisson y fait son apparition. On le rebaptise rapidement « gin ». À ce jour, le gin est toujours produit principalement aux Pays-Bas et en Angleterre. Cependant, d’autres pays en produisent : la France, l’Italie, les États-Unis, l’Irlande…

Position du filtre

Qu’est-ce que le gin ?

À l’origine, le genièvre est produit aux Pays-Bas. Puis quand Guillaume III d’Orange-Nassau, à l’origine un prince hollandais, accède au trône d’Angleterre, cette boisson y fait son apparition. On le rebaptise rapidement « gin ». À ce jour, le gin est toujours produit principalement aux Pays-Bas et en Angleterre. Cependant, d’autres pays en produisent : la France, l’Italie, les États-Unis, l’Irlande…

Comment se boit le gin ?

Le gin est un alcool très sec et assez fort. Aussi, on le boit rarement pur. En revanche, on l’utilise souvent pour des longs drinks et des cocktails. L’ajout d’eau gazeuse permet d’en relever le goût tout en réduisant le niveau d’alcool.

D’une manière générale, les boissons pétillantes sont particulièrement appréciées pour accompagner le gin. Ainsi, le gin fizz (avec du jus de citron, de l’eau gazeuse et du sucre de canne) et le gin-tonic sont des cocktails très connus.

Mais on trouve aussi d’autres cocktails emblématiques à base de gin. Le Vesper (gin, vodka, Lillet et citron) et le Martini gin, notamment, sont connus comme les cocktails préférés de James Bond.

Quels sont les principaux types de gin ?

Inventé aux Pays-Bas, mais devenu boisson nationale en Angleterre, le gin a beaucoup voyagé. Au fil de ses voyages, la recette a aussi évolué. Le gin connaît plusieurs appellations officielles.

Le Dry Gin fait partie des sortes de gin les plus populaires dans le monde. Ce gin est sec, c’est-à-dire qu’il n’est pas sucré. Seul 0,1g de sucre par litre peut être ajouté pendant sa production. L’ajout de substances végétales ou d’arômes de spiritueux est également interdit.

Le London Dry Gin est une appellation plus restrictive. Contrairement à ce que son nom pourrait laisser croire, cette appellation n’est pas liée à un lieu de production, mais à une technique de fabrication. Contrairement au Dry Gin, il est interdit d’ajouter des arômes artificiels et la quantité de sucre ne doit pas excéder 0,5g par litre. Ses notes de genévrier sont prononcées et peuvent être relevées avec des épices (gingembre, cardamome, coriandre…).

Le Distilled Gin est une appellation réservée aux gins distillés deux fois. Ses arômes ne peuvent plus être modifiés après une seconde distillation. Le Sloe Gin est plutôt dans la catégorie des liqueurs. Avec un taux d’alcool plus faible (30 % environ), il s’éloigne des gins classiques. Le terme « sloe », « prunelle » en anglais, annonce une boisson plus fruitée. Contrairement à la plupart des autres gins, on peut le boire tel quel. Le Plymouth Gin, contrairement au London Gin, est bien lié à une origine géographique. Il ne peut porter cette appellation que s’il a bien été produit à Plymouth. L’arôme de genévrier est moins marqué que le Dry Gin et son goût est généralement plus corsé. On trouve également de nombreuses appellations non officielles. Le gin, en parcourant le monde, donne lieu à de nombreuses expérimentations : Old Tom Gin, Barrel Aged Gin, New Western Gin…